Secrétariat technique du Sandre

Projets

Date de démarrage Date d'achèvement Nom du Projet Continent Pays Pays
1993 Système d’Information sur l’Eau (SIE) Service d’Administration Nationale des Données et Référentiels sur l’Eau (SANDRE) Europe, France France FR

www.sandre.eaufrance.fr
 

Contexte

En France, dans les années 90, chaque producteur ou utilisateur de données sur l'eau engrangeait de l'information hétérogène. Chacun définissait ses propres termes de langage, établissait sa propre codification, structurait ses fichiers informatiques selon ses propres standards... Des problèmes apparaissaient forcément au moment où il fallait collecter, conserver, vérifier, représenter et échanger ces données. Les questions les plus basiques se posaient : « Qui est responsable de cette donnée ? », « Quelles données doit-on fournir et comment ? », etc.

Au début des années 90, fort de son expérience reconnue en matière de gestion des données en France et à l'international, l’Office International de l’Eau (OIEau) est sollicité par le Ministère en charge de l'Environnement pour imaginer des solutions. L'OIEau travaille alors de concert avec les plus importants du moment dont les Agences de l'Eau. Ce travail aboutit à la création d'un système d'information sur l'eau nommé Réseau National des Données sur l’Eau (RNDE) et à la construction progressive d'un référentiel commun du langage sur l'eau intitulé Référentiel SANDRE  signifiant « secrétariat d’administration nationale des données et référentiels sur l’eau ». Ce référentiel a pour objectif d’homogénéiser et de faciliter l’échange de données sur l'eau du RNDE. À la suite de la loi sur l’eau de 1992, un protocole d'accord -signé entre les différentes parties prenantes dont l'OIEau désigné comme opérateur scientifique et technique – acte et lance la dynamique de mise en œuvre du RNDE.

À partir de 2000, la directive cadre sur l’eau (DCE) fixe aux États-membres des objectifs environnementaux, leur demande de fonder leurs politiques sur une connaissance de l’environnement (notamment des pressions sur les milieux), et de rendre compte de leur efficacité au moyen de programmes de surveillance, en alimentant le système d’information sur l’eau européen, WISE. Succédant au RNDE, le système d’information sur l’eau (SIE) français est mis en place par le Ministère de l’Environnement pour répondre à ces exigences, en soutenant la conception, la mise en œuvre et l’évaluation de politiques de l’eau orientées par la connaissance. L’acronyme « SANDRE » signifie dès lors « service d’administration nationale des données et référentiels sur l’eau ».

En 2010, le Schéma National des Données sur l’Eau (SNDE) fixe les objectifs, le périmètre et les modalités de gouvernance du SIE et décrit ses dispositifs techniques (cf. Arrêté du 26 juillet 2010 approuvant le SNDE). L’Office national de l'eau et des milieux aquatiques (Onema), est chargé de la coordination technique du SIE, sous l’autorité du Ministère de l’Environnement. Il s’appuie sur le SANDRE, référentiel indispensable au bon fonctionnement du SIE.

 

Que fait l'OIEau ?

Dès la création du SANDRE, l’Office International de l’Eau (OIEau), conformément à l'article 1 de l'arrêté du 30 août 2001 relatif à ses statuts, assure le Secrétariat Technique du SANDRE pour garantir son fonctionnement opérationnel et représenter physiquement le SANDRE. Les missions du Secrétariat Technique du SANDRE (ST SANDRE) portent sur les 5 axes de développement suivants

  1. Organiser et établir les méthodologies : le ST SANDRE participe aux réunions animées par les organismes en lien avec les données sur l'eau et son environnement. Il s'agit notamment des réunions des groupes permanents du système d'information sur l'eau (SIE) - GCiB, GPS, GPA, GIGE (cf. Arrêté du 26 juillet 2010 approuvant le SNDE), etc et des groupes ad'hoc (provisoires) comme celui traitant des aires d'alimentation de captage. Il s'agit également de réunions organisées par des bureaux d'études, des sociétés informatiques, etc, souhaitant utiliser et/ou participer à la construction au référentiel SANDRE. Ces réunions sont indispensables pour s'entendre sur le référentiel SANDRE à utiliser et sur la manière de le réaliser et le diffuser. Pour cela, le ST SANDRE élabore et/ou présente des notes méthodologiques pour avis à ces groupes de travail. Ces dernières peuvent alimenter si nécessaire le dispositif qualité certifié ISO 9001 du SANDRE.
  2. Spécifier les données et les métadonnées : le ST SANDRE organise et anime les réunions ad'hoc SANDRE dont celle du groupe des administrateurs de données SANDRE (ADD). Cette dernière a pour but de valider toutes les spécifications SANDRE. Le ST SANDRE spécifie - avec l'appui des autres organismes métiers- les données et les métadonnées sur l'eau et son environnement conformément aux documents méthodologiques (cf. axe de développement n°1). Il s'agit précisément de collections de documents de spécification : présentation de données, dictionnaires de données, scénarios d'échange, de scénario de service web (cf. glossaire du site web SANDRE)...
  3. Construire et gérer le référentiel des données : le ST SANDRE diffuse de nombreux jeux de données de référence (ie. liste de codes SANDRE) dont certains font l’objet de nettoyages en raison de l’évolution de la réglementation, de leurs usages... Certaines de ces données sont directement produites par le ST SANDRE sous couvert de documents méthodologiques (cf. axe de développement n°1) ; il s'agit principalement des listes de codes SANDRE des intervenants, des appellations de taxons et groupe, des paramètres et groupes (réglementaires, physiques, chimiques...), des unités de mesures, des dispositifs de collecte (ie. réseaux de mesure), des fractions et supports analysés, des indicateurs d'évaluation de l'état des eaux. D'autres sont collectées auprès de certains organismes par le ST SANDRE ; il s'agit par exemple des cours d'eau métropole et départements/régions d'outre-mer, des masses d'eaux rapportées, des zonages réglementaires.... Dans ce cas, le ST SANDRE applique des contrôles qualité visant à informer les organismes des éventuelles corrections qu'ils doivent apporter à leurs données.    
  4. Diffuser des préconisations et soutien aux utilisateurs : le ST SANDRE assure l'assistance technique quotidienne par mel et téléphone auprès des utilisateurs du référentiel SANDRE. Il assure également la promotion du SANDRE en France et à l'international. Il délivre des certificats de conformité SANDRE aux organismes demandeurs.
  5. Déployer les services et diffuser le référentiel : le ST SANDRE dispose d’une infrastructure informatique lui permettant d’optimiser sa productivité et d’offrir les meilleurs services aux utilisateurs du référentiel SANDRE. Il coordonne le développement des services en ligne de production et de diffusion du référentiel SANDRE. Il diffuse le référentiel SANDRE par le site internet www.sandre.eaufrance.fr et ses services en ligne. Il assure le maintien dans des conditions opérationnelles de ce site et de ses services dont le moteur de recherche, l'atlas, le catalogue de métadonnées, le master data management...

Le référentiel SANDRE est donc produit par un réseau d'organismes publics et privés dont l’Office International de l’Eau (OIEau) qui assure son Secrétariat Technique. Les activités du ST SANDRE répondent à un processus qualité certifié ISO 9001 SANDRE. Un ensemble d'indicateurs qualité, produit par le ST SANDRE, permet de mesurer ses performances et de réguler son activité sous contrôle du groupe de pilotage du SANDRE (GPS).