Accueil du siteNotre actualité et avancementUn bilan de l’état des eaux de surface et des eaux souterraines
  • Augmenter police
  • Diminuer police
  • impression  Afficher une version imprimable de cet article
  • envoyer par mail
  • Enregistrer au format PDF
Un bilan de l’état des eaux de surface et des eaux souterraines

Un bilan de l’état des eaux de surface et des eaux souterraines

Publié : Septembre 2015

Pour comprendre le fonctionnement des milieux aquatiques et connaître leur état, la France a fortement développé depuis les années 1970 des dispositifs de surveillance et d’évaluation, tant sur les aspects chimiques que biologiques ou hydromorphologiques. Ces efforts se sont accrus depuis l’adoption de la directive-cadre sur l’eau (DCE), qui, avec l’objectif d’atteinte du bon état des eaux, renforce les exigences de surveillance et œuvre pour une harmonisation européenne des méthodes d’évaluation de l’état des eaux. L’amélioration des connaissances permet d’affiner le bilan, mais surtout de contribuer à identifier et mettre en œuvre les actions nécessaires pour la restauration et la préservation des ressources aquatiques. 

 
L’état des eaux de surface : une amélioration des connaissances
43,2% des masses d’eau de surface, toutes catégories d’eau confondues, sont en bon état chimique en 2010 et 48,2% en 2013. En ne considérant que les cours d’eau, la situation est quasiment semblable, puisqu’ils représentent 94% des masses d’eau de surface. En revanche, grâce à l’amélioration des connaissances, la proportion des masses d’eau littorale ou des plans d’eau en état indéterminé a nettement baissé, surtout en faveur des masses d’eau en bon état. Cependant, les efforts d’acquisition de données doivent être maintenus, car 46,3% des plans d’eau restent en état indéterminé en 2013. Ce chiffre est de 35,9% pour les cours d’eau, qui bénéficient de plus longues chroniques de données.
Par ailleurs, 41,4% des masses d’eau de surface, toutes catégories d’eau confondues, sont au moins en bon état écologique en 2010 et 43,4% en 2013. Cet état semble globalement stable : 24,6% des masses d’eau évaluées sur les deux périodes voient leur état s’améliorer, 52,6% stagner, et seulement 20,1% se dégrader, même s’il y a une grande disparité de situations.
 
Des eaux souterraines plutôt en état stable
58,9% des masses d’eau souterraine sont en bon état chimique en 2010 et 67% en 2013. La comparaison des données pour les masses d’eau communes montre que 7,6% des masses d’eau sont concernées par une amélioration, 89,3% par une stagnation et 2,6% par une dégradation.
Par ailleurs, 89,4% des masses d’eau souterraine sont en bon état quantitatif en 2010 contre 90,6% en 2013. La situation est stable, avec un pourcentage de masses d’eau en phase d’amélioration (2%) égal à celui des masses d’eau en dégradation.
 
 
 
Rédigée par l’Office International de l’Eau avec le soutien financier de l’Office national de l’eau et des milieux aquatiques (Onema), en collaboration avec les Agences de l’eau, les Offices de l’eau et les DREAL de bassin, cette synthèse est une des contributions de l’OIEau aux programmes pour la gestion des données sur la qualité de l’eau, les pollutions, les ressources aquatiques et la protection des milieux.
 
Accéder à la synthèse n°12 sur le portail eaufrance :
 
 
Pour aller plus loin :
• Etude eaufrance :
• Les synthèses eaufrance :