Accueil du siteNotre actualité et avancementSEMIDE : Mieux gérer les connaissances sur l’eau en Méditerranée
  • Augmenter police
  • Diminuer police
  • impression  Afficher une version imprimable de cet article
  • envoyer par mail
  • Enregistrer au format PDF

SEMIDE : Mieux gérer les connaissances sur l’eau en Méditerranée

Publié : Janvier 2012

 

Vers une labellisation par l’Union pour la Méditerranée (UpM)

 
Un des engagements pris lors du dernier Forum Mondial de l’Eau organisé à Marseille en mars 2012 était de bâtir des systèmes partagés d’information sur l’eau pour soutenir la coopération et la paix en Méditerranée.
 
Sous l’impulsion du Secrétariat de l’UpM, les promoteurs de trois projets ayant une dimension d’information régionale se sont réunis en vue de préparer un projet fédérateur ambitieux : le Ministère libanais de l’Energie et de l’Eau, la Ligue Arabe et le SEMIDE.
 
Ce nouveau projet comprend 4 composantes :
  • une coordination régionale, notamment avec l’Union Européenne (SEIS, WISE, INSPIRE) et les Nations Unies pour des échanges d’expériences ; la préparation de guides, recommandations, outils et documents types, etc. ;
  • le renforcement des Systèmes Nationaux d’Information sur l’Eau (SNIE) dans 4 à 5 Pays pilotes (Maroc, Tunisie, Jordanie, Liban et, sous réserve, la Bosnie Herzégovine) ;
  • des formations régionales sur la gestion des données sur l’eau (référentiels, dictionnaires de données, qualité, aspects légaux, etc.) ;
  • la démonstration de l’automatisation et du rapportage de données pour des initiatives internationales telles que la Stratégie de l’Eau des pays arabes ou encore le Plan d’Action pour la Méditerranée du PNUE.
 
L’ensemble des parties prenantes se sont réunies à Barcelone les 5 et 6 novembre 2012 pour finaliser la proposition sur les plans techniques et financiers en vue de la labellisation par les 43 Pays-Membres de l’Union pour la Méditerranée. Ils ont notamment réaffirmé l’impérieuse nécessité de soutenir les pays dans la mise en œuvre de leurs Systèmes Nationaux d’Information sur l’Eau (SNIE).
 
L’ensemble des Pays méditerranéens pourront participer aux activités régionales et pourront renforcer leur propre SNIE dans une phase ultérieure sur la base des enseignements de ce projet.
 

Optimiser les mesures pour luter contre les pénuries d’eau

 
Une des applications possibles du Système de Comptabilité Economique et Environnementale de l’Eau (SEEAW) à l‘échelle des bassins versants est de permettre l’optimisation du choix des mesures à appliquer dans le cadre d’un plan de gestion de la sécheresse.
 
EVREN et le SEMIDE en association avec l’Agence de Bassin du Jucar en Espagne analysent l’intérêt et la faisabilité de cette démarche dans le cadre d’un projet financé par la DG Environnement de la Commission Européenne. Ce travail repose sur l’exercice réalisé par l’Agence Européenne de l’Environnement de calcul systématique des "comptes de l’eau" à l’échelle des bassins élémentaires (base ECRINS).
 

Premiers pas vers une plateforme de connaissances sur l’eau en Méditerranée

 
Sous l’impulsion de l’Union Internationale de Conservation de la Nature (UICN), du SEMIDE, du CEDARE et des ONG nationales au Maroc, en Egypte, Jordanie et Palestine, un projet de réseau régional de connaissances sur l’eau va être initié sur financement de la Commission Européenne.
 
Les objectifs sont d’une part de collecter, analyser et assembler les connaissances produites au niveau local sur la gestion des ressources en eau, et d’autre part de rendre accessible ces connaissances aux ONG et aux décideurs et gestionnaires en particulier aux autorités locales.
 

Observation de la Terre pour une meilleure gestion de l’eau

 
Le SEMIDE poursuit sa collaboration avec l’Agence Spatiale Européenne avec un atelier de formation pour les Pays du Sud de la Méditerranée organisé du 3 au 5 décembre à Frascati près de Rome. Les thèmes choisis pour cette formation sont : l’accès aux données issues de l’observation de la Terre, l’exploitation de ces données pour identifier les masses d’eau, les inondations, l’utilisation du sol, l’évaluation de l’évapotranspiration, des modifications des masses d’eau souterraines.
 
Les synergies avec le projet régional de la Banque Mondiale et de la NASA dans ce domaine ont été mises en évidence pour préparer la 1ère proposition élaborée par l’ESA et le SEMIDE sur le renforcement des capacités des centres de télédétection spatiale.
 

Voir en ligne : www.semide.net