Accueil du siteNotre actualité et avancementSEMIDE, Mieux gérer les connaissances sur l’eau en Méditerranée
  • Augmenter police
  • Diminuer police
  • impression  Afficher une version imprimable de cet article
  • envoyer par mail
  • Enregistrer au format PDF

SEMIDE, Mieux gérer les connaissances sur l’eau en Méditerranée

Publié : Décembre 2014

Nouvelle Présidence espagnole du SEMIDE

 
La Présidence du Comité Directeur du Système Euro-Méditerranéen d’Information sur les savoir-faire dans le Domaine de l’Eau a été transférée de l’Italie à l’Espagne lors de la réunion de ce Comité en septembre dernier à Valencia. La Présidente de la Confédération Hydrographique du Jucar, Mme Maria Ángeles Ureña, succède à M. Walter Mazzitti.
 
Le Comité a approuvé les axes prioritaires de développement pour les années à venir, notamment :
 
  • poursuivre le renforcement des Systèmes Nationaux d’Information sur l’Eau des pays méditerranéens ;
  • renforcer les groupes de travail conjoints avec des experts de l’UE (en particulier ceux de la ”CIS” : Stratégie Commune de Mise en Œuvre de la Directive-Cadre sur l’Eau) sur les questions d’intérêt commun, comme la réutilisation des eaux usées traitées, des solutions pour lutter contre la pénurie en eau et la dégradation de la qualité des ressources en eau, ….
  • développer des synergies avec les processus politiques régionaux et nationaux comme la Stratégie de l’eau pour la Méditerranée Occidentale (5+5), dont une réunion préparatoire s’est tenue en marge du Comité Directeur ;
  • préparer de nouveaux projets donnant lieu à des réalisations directement exploitables dans les Pays.
Les Directeurs de l’Eau des 13 Pays présents ont réitéré leur volonté de poursuivre leurs activités commune au sein de la plateforme du SEMIDE en soulignant son caractère unique d’échanges institutionnels à l’échelle de l’ensemble des pays méditerranéens.
 
 
 
 

Plate-forme de connaissances sur l’eau en Méditerranée (UpM)

 
Suite à la labellisation du projet à l’unanimité des 43 Pays-Membres de l’Union pour la Méditerranée (UpM) en avril 2014, la 1ère réunion du Comité de Pilotage de ce projet a eu lieu à Valencia (Espagne). Les quatre Pays Pilotes du Sud de la Méditerranée (Jordanie, Liban, Maroc et Tunisie) ont présenté l’avancement de leurs travaux pour la mise en œuvre de Systèmes Nationaux d’Information sur l’Eau partagés entre les institutions de ces Pays et la préparation de livres blancs à même de guider les politiques de Gestion Intégrée des Ressources en Eau.
 
Outre les promoteurs du projet, l’Office International de l’Eau et l’Institut Méditerranéen de l’Eau et les coordinateurs techniques (SEMIDE et REMOB), les Directions de l’Eau d’une dizaine de Pays Méditerranéens ont participé à ce Comité de Pilotage ainsi que l’Agence Européenne pour l’Environnement, le Plan d’Action pour la Méditerranée, le Centre pour l’Eau de la Ligue Arabe et le Centre Méditerranéen pour l’Intégration.
 
Le projet entre maintenant dans une phase active de recherche de financement pour ses activités régionales. En effet, le volet régional du projet est ouvert à tous les Pays Méditerranéens du Nord, du Sud et de l’Est, et vise à fournir des guides, des outils, des formations, l’échange d’expériences et enfin la démonstration de flux de données pour des actions de rapportage international.
 
 
 
 

L’innovation pour répondre aux défis méditerranéens sur l’eau

 
La Région Méditerranéenne fait face à de nombreux défis en matière de gestion durable des ressources en eau. De nombreuses solutions ont été développées par des centres de recherche, mais le passage vers un déploiement à grande échelle tarde, faute de validation sur le terrain en grandeur réelle.
 
L‘Union Européenne avec son ”Programme Innovation pour l’Eau”, soutien des projets de démonstration en vraie grandeur associant laboratoires, entreprises et utilisateurs finaux. Le SEMIDE prend part à 4 de ces projets ayant un fort potentiel pour la région :
 
  • conseiller les agriculteurs dans leur pratique d’irrigation au jour le jour, mais aussi en termes de planification des cultures à venir sera bientôt possible grâce au système expert en ligne mis en œuvre par ”OPIRIS” (www.opiris.eu) ; 
  • pour répondre à la triple problématique alimentation des populations, efficience énergétique et efficience en eau, le projet ”WEAM4i” met en œuvre des solutions de gestion intelligente de l’irrigation (weam4i.eu) ; 
  • rendre les grands complexes touristiques méditerranéens autonomes en eau reste un objectif de très long terme, mais le projet ”demEAUmed” expérimente des solutions de traitement de l’eau et de contrôle dans cet objectif (www.demeaumed.eu) ; 
  • en Méditerranée, les barrages jouent un rôle important pour l’irrigation, l’alimentation en eau potable et la régulation des inondations, mais leur gestion reste complexe. Le projet ”SAID” propose un ensemble d’outils de suivi, de contrôle et d’alerte précoce en matière de qualité de l’eau, d’hydrométéorologie pour les inondations, de gestion et de maintenance des ouvrages (www.said-project.eu).