Accueil du siteNotre actualité et avancementSEMIDE - De nouvelles technologies pour améliorer l’information en (...)
  • Augmenter police
  • Diminuer police
  • impression  Afficher une version imprimable de cet article
  • envoyer par mail
  • Enregistrer au format PDF

SEMIDE - De nouvelles technologies pour améliorer l’information en Méditerranée

Publié : Février 2010

Le SEMIDE a organisé avec l’Agence Spatiale Européenne un atelier de travail à Frascati, près de Rome, fin septembre 2010 sur les apports des technologies spatiales pour le secteur de l’eau.
 
Pour les pays qui ne disposent pas de réseaux de mesure suffisants pour assurer la caractérisation et le suivi de leurs ressources en eau, les applications des technologies d’observation de la Terre offrent des solutions fiables, abordables et rapides à mettre en œuvre. Les applications envisageables sont nombreuses : cartographie des ressources en eau, suivi d’indicateurs sur la sécheresse, évaluation des pressions exercées par l’homme (zones irriguées, zones urbaines, zones de rejets, …), systèmes d’alerte de crues et sécheresse, identification des prélèvements non autorisés, identification de pollutions, amélioration de l’efficience en irrigation, ….
 
Le succès de telles applications passent par des partenariats entre les centres de télédétection spatiale et les Autorités de l’eau, ainsi que par le renforcement des capacités des acteurs afin qu’ils puissent s’approprier l’usage de ces technologies.
 
Intérêt des échanges d’expériences autour de la Directive-Cadre sur l’Eau
 
Les groupes de travail du processus conjoint entre la Directive-Cadre sur l’Eau (DCE) et la composante Med de l’Initiative Eau de l’Union Européenne donnent lieu à des échanges d’expériences fructueux :
Le groupe de travail méditerranéen sur les pénuries en eau et la sécheresse (WS&D) s’est réuni le 17 février 2010 à Madrid en parallèle avec une réunion du groupe d’experts européens de la DCE travaillant sur le même sujet.
 
La réunion a souligné la nécessité de lancer une nouvelle phase pour les 3 prochaines années.
 
Les participants ont examiné différentes catégories d’indicateurs pour répondre à des objectifs tels que la planification, la gestion courante, la gestion de situation de crises, l’évaluation d’impact, etc. Une analyse préalable de la disponibilité des données pour l’élaboration de tels indicateurs a été lancée auprès des pays partenaires méditerranéens.
 
En parallèle, une action pilote de collecte des données avec contrôle de qualité et calcul d’indicateurs a été réalisée dans 2 Bassins Pilotes : le Sebou (Maroc) et le Litani (Liban).
 
Cet exercice est réalisé en utilisant l’approche et les outils élaborés pour le groupe d’experts de l’UE travaillant sur ces problématiques. Une synthèse a été publiée et d’autres bassins pilotes pourraient mener cet exercice dans un proche avenir.
 
L’importance de lier les indicateurs avec des modèles de simulation et des Systèmes d’Aide à la Décision a également été abordée, en particulier pour la mise en œuvre de processus participatifs avec les utilisateurs finaux (par exemple : plan de gestion de sécheresse ou pénurie).
 
Le 2nd groupe de travail sur les réseaux de suivi et de contrôle de la qualité des eaux dans les Pays Partenaires Méditerranéens, réuni en novembre 2010, a mis en évidence les principaux défis auxquels des projets pilotes devront apporter des réponses :
  • La fragmentation des responsabilités dans le contrôle de la qualité des eaux,
  • la coordination pour améliorer l’efficacité et la qualité des mesures ;
  • L’intérêt d’inclure des objectifs sur la qualité de l’eau dans les accords sur les ressources transfrontalières ;
  • La meilleure diffusion des informations sur la qualité de l’eau ;
  • Le besoin de caractérisation des Masses d’Eau et d’analyses économiques pour optimiser les programmes de gestion.
  •  
Vers un système d’information partagé sur l’environnement en Méditerranée
 
La Commission Européenne et l’Agence Européenne de l’Environnement (AEE) ont lancé les travaux sur la mise en œuvre du Système d’Information partagé sur l’Environnement (SEIS) en Europe et dans les pays du voisinage de l’UE. Le SEMIDE est un des partenaires sélectionnés par l’AEE pour les premières étapes de mise en œuvre dans les pays méditerranéens. En effet les récents travaux du SEMIDE en matière d’harmonisation des Systèmes Nationaux d’Information sur l’Eau (SNIE) contribuent au développement de composants du SEIS : catalogue de métadonnées couplé à un outil de visualisation de cartes, harmonisation des données sur l’eau, basées sur le Système de Comptabilité ¬Economique et Environnementale de l’Eau (SEEAW), recommandations pour la compatibilité des SNIE avec le Système d’Information Européen sur l’Eau (WISE) et la Directive ¬INSPIRE.
 
 

Voir en ligne : http://www.semide.net/