Accueil du siteNotre actualité et avancementNitrates d’origine agricole : toujours des variations de concentrations plus (...)
  • Augmenter police
  • Diminuer police
  • impression  Afficher une version imprimable de cet article
  • envoyer par mail
  • Enregistrer au format PDF
Nitrates d’origine agricole : toujours des variations de concentrations plus marquées dans les zones vulnérables

Nitrates d’origine agricole : toujours des variations de concentrations plus marquées dans les zones vulnérables

Publié : 12 janvier

Le dernier bilan des concentrations en nitrates d’origine agricole - mesurées dans les milieux aquatiques en 2014-2015 - s’appuie sur l’analyse d’environ 6 000 stations de surveillance, dont 57% en eaux de surface et 43% en eaux souterraines. Il confirme, comme les années précédentes, que les plus fortes variations sont observées dans les zones vulnérables.

Les résultats de la campagne de surveillance des milieux aquatiques menée au titre de la directive « nitrates » au cours de la période allant du 1er octobre 2014 au 30 septembre 2015 révèlent une concentration moyenne en nitrates supérieure à 40 mg/l pour 4% des stations de suivi des cours d’eau. Elles sont quasiment toutes situées en zones vulnérables, principalement dans le grand Ouest, secteur d’élevage, mais aussi dans le Centre et le Sud-Ouest, secteurs de grandes cultures. Pour les eaux souterraines, ce pourcentage est de 25%, avec des stations réparties sur l’ensemble du territoire.

Par rapport à la première campagne de surveillance menée en 1992-1993, la concentration moyenne s’est stabilisée ou a diminué pour 56% des stations communes entre les deux périodes dans les cours d’eau, et pour 51% dans les eaux souterraines. Les stations localisées en zones vulnérables semblent soumises à de plus fortes variations, aussi bien en termes de diminution que d’augmentation, alors qu’en dehors des zones vulnérables, la situation est plus stable.

Ce bilan est rédigé tous les ans depuis 2006 par l’Office International de l’Eau, en collaboration avec le ministère chargé de l’environnement et avec le soutien financier de l’Office national de l’eau et des milieux aquatiques (Onema), récemment intégré à l’Agence française pour la biodiversité (AFB). Il s’agit d’une des contributions de l’OIEau à la gestion et la production de synthèses de données sur la qualité de l’eau, les pollutions, les ressources aquatiques et la protection des milieux aquatiques, qui alimentent régulièrement le programme national de valorisation des données du système national d’information sur l’eau (SIE).

Consulter :