Accueil du siteNotre actualité et avancementLe Secrétariat Technique du ”SANDRE”
  • Augmenter police
  • Diminuer police
  • impression  Afficher une version imprimable de cet article
  • envoyer par mail
  • Enregistrer au format PDF

Le Secrétariat Technique du ”SANDRE”

Service d’Administration Nationale des Données et Référentiels sur l’Eau

Publié : Décembre 2015

Etablir un langage commun

 
Devant la multiplication des systèmes d’information utilisés et le besoin grandissant de données, le ”SANDRE” a été créé dès 1992 pour simplifier les échanges de ces données entre les différents acteurs publics et privés. Il offre ainsi une interface d’échange unique et répond au besoin d’établir un langage commun entre les partenaires du monde de l’eau.
 
Par l’intermédiaire du SANDRE, de nombreux outils sont alors mis en place, permettant aux acteurs concernés de rendre leurs systèmes d’information interopérables : des dictionnaires et des scénarios d’échanges et de services Web, des données de références, un atlas cartographique, un catalogue de métadonnées, des audits de systèmes informatiques, des labels de conformité, etc.
 
Le SANDRE propose plus de 20.000 pages de spécifications techniques. Il établit plus de 19.000 conformités de fichiers par an et plus de 30.000 interventions (taxons, substances, …). Son site Internet accueille plus de 817.000 visiteurs par an.
 
L’OIEau assure le Secrétariat Technique du SANDRE depuis sa création en 1992, aujour­d’hui avec le soutien de ­l’Office National de l’Eau et des Milieux Aquatiques (ONEMA).
 
 

S’adapter aux besoins des acteurs

 
Historiquement, l’OIEau a consacré à ce titre une grande partie de ses efforts à l’édition de standards pour l’échange de données informatiques entre ordinateurs. A la suite du ”hackathon” de 2014, les utilisateurs du Système d’Information sur l’Eau ont fait notamment remonter le besoin de disposer de plus de standards SANDRE adaptés aux outils bureautiques.
 
C’est pourquoi, l’OIEau a spécifié en 2015 de nombreux scénarios d’échange dit simplifiés portant notamment sur les référentiels administratifs, des obstacles à l’écoulement, des ouvrages de dépollution, d’hydrogéologie, des tronçons de vigilance crue...
 
 Dans le même objectif de faciliter l’utilisation du SANDRE, un nouveau moteur de recher­che a été intégré au site Web SANDRE. Il permet à ses utilisateurs d’effectuer des recherches plus approfondies dans les contenus des référentiels SANDRE. Parallèlement, l’OIEau a rendu plus visuel les fiches descriptives des référentiels des paramètres et des appellations de taxons en y ajoutant de nombreuses images. Par ailleurs, il continue de concevoir des tutoriels videos accessibles librement sur le site Web SANDRE montrant l’utilisation des référentiels dans différentes situations.
 
 

S’élargir aux autres domaines

 

En sa qualité de Secrétaire Technique du SANDRE, l’OIEau intervient notamment pour :

 
➥ INSPIRE
Dans le cadre de la Directive européenne INSPIRE, l’OIEau est Membre contributeur pour la rédaction des spéci­fications sur l’échange de données sur l’eau.
Le rapprochement des modèles ­SANDRE à ceux d’INSPIRE a été publié sur le site ­SANDRE. Les nouveaux dictionnaires de données SANDRE relatifs au référentiel administratif et aux tronçons de vigilance crue sont désormais compatibles avec cette Directive européenne. Le résultat de ce rapprochement SANDRE / INSPIRE se matérialise par un nouveau produit SANDRE : il s’agit d’un document de spéci­fication intitulé scénario de transformation SANDRE -> INSPIRE.
 
➥ COVADIS
La COVADIS, Commission de Validation des Données pour l’Information Spatialisée est une Commission Interministérielle mise en place par le MEDDE et le MAAF pour standardiser leurs données géographiques les plus fréquemment utilisées. Pour les domaines de l’eau et pour faciliter l’utilisation des spécifications SANDRE par la COVADIS, un modèle de scénario d’échange simplifié géographique a été mis au point.

L’OIEau a aussi travaillé à l’élaboration d’un dictionnaire des données et d’un scénario d’échange simplifié géographique SANDRE pour la définition des ”Cours d’Eau Police de l’Eau”.

 
➥ Interopérabilité
L’OIEau a participé au sous-groupe de travail ”hydrologie” de l’Open Geospatial Con­sortium (OGC). Ce sous-groupe international s’intéresse à décrire et partager les données géographiques relatives à l’hydrologie. Il produit des normes ”OGC” que l’OIEau ­utilise pour la diffusion des référentiels ­SANDRE.
Dans le cadre de la mise en œuvre d’un ”Web des données”, l’OIEau a mis en place un catalogue des ressources SANDRE : comme un code barre d’un produit, chaque ressource SANDRE est identifiée par une URI (Uniform Resource Identifier) et accessible par l’adresse id.eaufrance.fr. L’OIEau a fait évoluer son Master Data Management (MDM) pour administrer et diffuser les référentiels SANDRE selon ce nouveau modèle sémantique. Très prochainement, c’est tout le Web qui pourra se lier aux référentiels SANDRE de manière quasi automatique.
 

 

­Répondre aux besoins nationaux

 
L’OIEau, en sa qualité de Secrétaire technique du SANDRE, contribue aux projets nationaux développés par les partenaires du Système d’Information sur l’Eau (SIE) :
 
➥ Qualité des données
Environ 12.000 certificats SANDRE ont été délivrés à des acteurs produisant des données sur ”l’Autosurveillance des stations d’épuration et des systèmes de collecte des eaux usées”.
Un scénario du SANDRE définit les modalités d’échange de données d’autosurveillance entre les différents acteurs impliqués dans le cadre de la mise en application de l’arrêté ministériel du 22 juin 2007 : Maîtres d’ouvrage et exploitants des systèmes de collecte et de traitement des eaux usées, Agences de l’Eau, Services d’assistance technique (SATESE), Bureaux d’étude, Services de police de l’eau…
Par ses contrôles, l’OIEau participe à l’amélioration de la qualité des données produites par ces acteurs.
 
➥ Diatomées et bio-indicateurs
A l’invitation de l’OIEau, une journée a eu lieu 14 avril 2015 à Paris et elle a réuni une vingtaine d’experts sur la problématique de l’identification des diatomées. En collaboration avec les DREAL, l’IRSTEA et le Muséum National d’Histoire Naturelle, des milliers de nouvelles diatomées ont été codifiées SANDRE en 2015 dans le référentiel des appellations de taxons.
Ces codes facilitent le partage des listes floristiques du SIE avec le Système d’Information Nature et Paysage (SINP).
 
➥ Prévision des inondations
Avec le Service Central d’Hydrométéo­rologie et d’Appui à la Prévision des Inondations (Schapi), l’OIEau a modélisé les données de prévision des inondations qui se basent sur la notion de zone inondée potentielle.
Cette dernière représente la surface inondée ou l’emprise de l’inondation pour une cote ou hauteur d’eau à l’échelle limnimétrique de la station hydrométrique la plus proche ou la plus représentative.
 
➥ Traçage des flux
Afin de mettre en évidence des relations hydrauliques entre eaux superficielles et souterraines, une méthode consiste à injecter dans l’eau un ”traceur”.
Cette méthode dite ”TRAÇAGE” a fait l’objet d’un dictionnaire de données SANDRE en 2015 conçu par l’OIEau, les Agences de l’Eau et le BRGM.
Une Base de Données ”BD TRAÇAGE” est en cours de construction selon ce dictionnaire SANDRE.
 
➥ Stations de mesure de la qualité des eaux superficielles continentales
Le référentiel des stations de mesure de la qualité des eaux superficielles continentales, administré par les Agen­ces de l’Eau pour la Métropole et les Offices de l’Eau pour l’Outre-Mer, se compose actuellement de près de 23.000 stations de mesure et de leurs quelques 73.000 points de prélèvement.
Constituant l’une des informations de référence pour beaucoup d’applications du SIE, ce référentiel est régulièrement mis à jour par l’OIEau sur le site du SANDRE.
Le ”Master Data Management SANDRE (MDM)” est un outil de gestion de données de référence administré par l’OIEau.
A compter de 2015, chaque utilisateur peut faire des demandes d’évolution du référentiel des stations de mesure de la qualité des eaux superficielles continentales par cet outil.
 
➥ BNPE
La Banque Nationale des Prélèvements en Eau (BNPE) est l’outil national dédié aux prélèvements quantitatifs connus sur la ressource en eau pour la métropole et l’Outre-Mer. Elle vise à améliorer la connaissance opérationnelle et scientifique des ressources en eau et des pressions exercées sur celles-ci (eaux de surfaces continentales, eaux souterraines et eaux de transition).
L’OIEau a élaboré, au titre du Secrétariat Technique du SANDRE, les spécifications techniques pour la collecte, la bancarisation et la diffusion des données pour la BNPE.
Ce travail a été présenté par l’OIEau lors de la journée d’information et de présentation de la Banque Nationale des Prélèvements en Eau (BNPE) organisée le 27 janvier 2015 à la Défense au Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie.

➥ Zonages réglementaires
En 2015, l’OIEau a mis à disposition sur le site SANDRE différents référentiels des zonages réglementaires dont :
  • les zones de production conchylicole et leur classement sanitaire.
  • les zones de répartition des eaux
  • le classement de continuité écologique.
  • les périmètres de gestion collective (PGC) des prélèvements.
 
 ➥ Lieux de surveillance
L’OIEau effectue une mise à jour mensuelle des stations de mesure de la qualité des eaux littorales en agglomérant les données collectées auprès de l’IFREMER. Environ 3.500 lieux de surveillance sont ainsi répartis sur la Métropole, la Guadeloupe, la Martinique, la Réunion et Mayotte.
 
 
Audit de certification ISO 9001
L’OIEau a obtenu le renouvellement par l’AFAQ de sa certification 2015 vis-à-vis de la norme ISO 9001:2008 pour les activités du Secrétariat technique du SANDRE.