Accueil du siteNotre actualité et avancementKurdistan Irakien - Gestion intégrée des ressources en eau
  • Augmenter police
  • Diminuer police
  • impression  Afficher une version imprimable de cet article
  • envoyer par mail
  • Enregistrer au format PDF

Kurdistan Irakien - Gestion intégrée des ressources en eau

Publié : Janvier 2011

Après des décennies de conflits, la région autonome du Kurdistan dans le nord de l’Irak retrouve la stabilité indispensable à son essor économique. La ressource en eau partagée avec les voisins turcs et iraniens en amont, et le gouvernement irakien en aval, est une des clés de ce développement : les terres arables de bonne qualité pourraient être irriguées, l’hydro-électricité a un potentiel certain, le tissu industriel devrait se renforcer et les espaces naturels et la richesse du patrimoine archéologique augurent d’un développement touristique important.
 
Face à cet essor, il est crucial d’appréhender suffisamment l’état des ressources en eau pour permettre un développement harmonieux dans le respect de l’environnement. La Gestion intégrée des ressources en eau au niveau du Bassin versant est une réponse aux défis qui se posent actuellement à cette région où l’accès à l’eau potable et à l’assainissement sont loin d’être garantis. Le Ministère des Finances français soutient le gouvernement kurde en finançant un projet de GIRE sur le bassin versant pilote du grand Zab, afin de doter les institutions kurdes des outils de décision territoriaux qui lui font défaut pour l’heure.
 
Un groupement d’entreprises françaises associant l’OIEau, la Société du Canal de Provence, le BRGM et G2C informatique pilote ce projet au bénéfice du Ministère des Ressources en Eau kurde.
 
La première phase du projet qui a démarré en Novembre 2010 prévoit :
- Une collecte et une analyse des données permettant une base de connaissances partagées concernant l’eau, ses usages, les milieux naturels...
- L’analyse du contexte législatif et réglementaire ainsi que des propositions d’adaptation ;
- La mise en œuvre d’un système d’information sur l’eau dans le but de faciliter l’aide à la décision, le partage et la consultation des données entre les ministères ;
- La réalisation d’un plan de gestion de bassin intégrant des mesures hiérarchisées ;
- Afin d’assurer la pérennité de ce plan d’action, un transfert de compétences et un plan de formation sera proposé.
 
Le projet permet d’initier une réflexion collective en matière de gestion coordonnée des ressources en eau à l’échelle d’un bassin versant.
 
L’OIEau est responsable de la partie relative au contexte institutionnel. Des propositions sont faites pour la mise en place au Kurdistan d’une Commission de Bassin (Parlement régional de l’eau), ainsi que d’une Direction pour la gestion par bassin, qui constituerait son bras exécutif.
 

GIRE dans le Bassin Versant du Great Zab (RIOB)

Après des décennies de conflits, la Région autonome du Kurdistan dans le Nord de l’Irak retrouve la stabilité indispensable à son essor économique.
 
La ressource en eau partagée avec les voisins turcs et iraniens en amont, et le Gouvernement Irakien en aval, est une des clés de ce développement : les terres arables de bonne qualité pourraient être irriguées, l’hydro-électricité a un potentiel certain, le tissu industriel devrait se renforcer et les espaces naturels et la richesse du patrimoine archéologique augurent d’un développement touristique important.
 

La Gestion Intégrée des Ressources en Eau par Bassin est une réponse aux défis qui se posent actuellement à cette région où l’accès à l’eau potable et à l’assainissement sont loin d’être garantis.

 
Face à cet essor, il est crucial d’appréhender suffisamment l’état des ressources en eau pour permettre un développement harmonieux dans le respect de l’environnement.
 
Le Ministère des Finances français soutient le Gouvernement Kurde en finançant le projet du Bassin Pilote du Grand Zab, afin de doter les Institutions kurdes des outils de décision territoriaux qui lui font encore défaut.
 
Un groupement d’entreprises françaises, associant la Société du Canal de Provence, le BRGM, l’OIEau et G2C informatique, pilote ce projet au bénéfice du Ministère des Ressources en Eau kurde.
 
  • La première phase du projet qui a démarré en Novembre 2010 prévoit :
  • La collecte et l’analyse des données pour créer une base de connaissances partagées concernant l’eau, ses usages, les milieux naturels...
  • L’analyse du contexte législatif et réglementaire et des propositions d’adaptation ;
  • La mise en œuvre d’un système d’information sur l’eau dans le but de faciliter l’aide à la décision, le partage et la consultation des données entre les ministères ;
  • La réalisation d’un Plan de Gestion de Bassin intégrant des mesures hiérarchisées ;
  • Un transfert de compétences et un plan de formation.
 
Le projet permet d’initier une réflexion collective en matière de gestion coordonnée des ressources en eau à l’échel le d’un bassin versant.
 
L’OIEau est responsable de la partie relative au contexte institutionnel. Des propositions sont faites pour la mise en place au Kurdistan d’une Commission de Bassin (Parlement régional de l’eau), ainsi que d’une Direction pour la gestion par bassin, qui constituerait son bras exécutif.
 

Formation d’ingénieurs et chefs de service irakiens

 
Du 23 janvier au 10 février 2012, l’OIEau a accueilli dans ses Centres de Formation de Limoges et de La Souterraine, une délégation irakienne composée de 19 Ingénieurs et Chefs de Service de la WAB (Water Agency of Bagdad) en charge de la gestion de l’eau et de l’assainissement, notamment des projets de construction des nouvelles usines de traitement de Bagdad (4 millions d’habitants).
Financée par le FASEP et pilotée par Suez, cette formation de 3 semaines a porté sur :
  •  la production d’eau potable,
  •  les stations d’épuration,
  •  la réutilisation de l’eau usée traitée,
  •  la recherche de fuites sur les réseaux d’eau potable,
  •  la maintenance des équipements techniques,
  •  l’automatisation des installations,
  •  la gestion durable des ressources en eau.
En complément de la formation, la délégation a pu découvrir le potentiel des entreprises du Pôle Environnement Limousin en matière de traitement des boues, filtration membranaire des eaux traitées, désinfection, récupération des sites et sols pollués, etc.