Accueil du siteNotre actualité et avancementForum Mondial de l’Eau - Daegu et Gyeongju - Avril 2015 - A l’heure des (...)
  • Augmenter police
  • Diminuer police
  • impression  Afficher une version imprimable de cet article
  • envoyer par mail
  • Enregistrer au format PDF

Forum Mondial de l’Eau - Daegu et Gyeongju - Avril 2015 - A l’heure des bilans...

"Une gestion intégrée par bassin est décisive pour assurer la pérennité des ressources en eau. "

Publié : Décembre 2015

Les thèmes de la gestion de bassin et de la coopération transfrontalière, d’une part, de l’éducation et de la formation professionnelle aux métiers de l’eau, d’autre part, ont été largement discutés durant le 7ème Forum Mondial de l’Eau en Corée et des progrès tangibles ont été obtenus !
 
Le Réseau International des Organismes de Bassin (RIOB), l’UNESCO, la CEE-ONU, l’OCDE, le "GEF", le SIWI, l’UICN, la "Green Cross", l’OIEau, l’OMVS, le RAOB, le Réseau International des Centres de Formation aux Métiers de l’Eau (RICFME), le Parlement des Jeunes pour l’Eau, K-Water, … se sont vus confier la coordination, avec leurs nombreux partenaires, de plus d’une douzaine de sessions officielles thématiques ou régionales entièrement consacrées à ces sujets et qui ont fait l’objet d’une large mobilisation préparatoire depuis plus d’un an.
 
Ces sessions ont permis d’aborder les thèmes de la gestion intégrée et de la gouvernance des bassins des fleuves, des lacs et des aquifères, qu’ils soient nationaux ou transfrontaliers, ainsi que le sujet central de l’adaptation désormais indispensable aux effets du changement climatique sur les ressources en eau.
 
Des questions, comme le statut et les moyens des organismes de bassins transfrontaliers, les modalités de planification, de réalisation et de financement d’ouvrages communs, la création de systèmes intégrés d’information sur l’eau et l’échange de données et d’informations entre pays riverains, la mise en œuvre des Conventions des Nations Unies, une meilleure prise en compte des aquifères transfrontaliers et la gestion conjointe des eaux de surface et souterraines, la participation des usagers et des citoyens dans la gestion de bassin, ainsi que l’éducation des populations et l’amélioration de la formation professionnelle des différents acteurs impliqués, ont pu être abordées en profondeur et illustrées par la présentation de nombreuses études de cas très concrets.
 
Il en est de même pour la création, le renforcement et le financement des centres de formation aux métiers de l’eau.
 
Dans le cadre du processus régional, et c’est une innovation, deux "Journées Inter-régionales" ont été organisées à Gyeongju, d’une part, par les Régions Afrique – Pays Arabes - Europe sur "la coopération pour réduire les conflits et améliorer la gestion des eaux transfrontalières" et, d’autre part, par les Régions Afrique - Amérique - Asie - Europe – Méditerranée, sur "l’adaptation aux effets du changement climatique sur les ressources en eau".
 
Une session régionale "Europe" a permis de présenter l’application de la Directive – Cadre européenne sur l’Eau et la préparation des prochains Plans de Gestion de Bassin par les 28 Etats-Membres de l’Union Européenne et les Pays voisins associés.
 
Même s’il subsiste des sensibilités différentes, en particulier sur la gestion des eaux transfrontalières, une très large majorité des participants a convergé sur l’intérêt que présentent les approches par bassin, nationales et transfrontalières, pour faire face aux grands défis mondiaux de la gestion des ressources en eau.
 
Les conclusions et recommandations générales des débats, pour la première fois dans un Forum Mondial de l’Eau, ont été présentées aux ministres présents, qui ont salué les nombreuses contributions et les efforts réalisés par les processus régionaux et thématiques.
 
Sur les thèmes de la gestion de bassin, ces recommandations peuvent être résumées comme suit (traduction officieuse du texte final officiel rédigé en langue anglaise)
 
  • il est important de garantir ou de restaurer le cycle de l’eau en développant la coopération internationale ainsi qu’en assurant une gestion intégrée des bassins,
  •  la coopération et le dialogue sur les eaux transfrontalières entre pays riverains offrent des perspectives importantes pour leur développement durable, l’intégration régionale, l’amélioration des relations pour un bénéfice mutuel dans tous les domaines économiques, sociaux et écologiques, 
  • dans beaucoup de régions, les pays riverains de bassins transfrontaliers ont créé des commissions internationales, des autorités ou des organismes conjoints améliorant le dialogue, l’échange des informations utiles, la résolution des conflits et le partage des bénéfices de la coopération,
  • une des clés pour établir la confiance est de faciliter l’échange de données et d’informations entre pays riverains de bassins et d’aquifères transfrontaliers,
  • des efforts de coopération sur les eaux transfrontalières sont fortement encouragés,
  • la récente entrée en vigueur en août dernier de la Convention des Nations Unies de 1997 sur les cours d’eau internationaux, tout comme l’ouverture de la convention d’Helsinki de 1992 à tous les Pays Membres des Nations Unies, sont utiles dans le contexte actuel, appliquées de façon appropriée,
  • il y a un besoin de gestion raisonnée et durable des aquifères transfrontaliers et les pays sont encouragés à engager un dialogue effectif allant dans ce sens,
  • l’amélioration des compétences en matière de gestion intégrée des ressources en eau est essentielle...
 
On ajoutera un large consensus pour promouvoir une gestion conjointe des eaux de surface et souterraine sur un même territoire.
 
Ces recommandations ont fait l’objet du "DGIC" (Daegu Gyeongju Implementation Commitment - Engagement de Daegu et Gyeongju pour la Mise en Œuvre), officiellement signé lors de la cérémonie de clôture du Forum par les 16 coordonnateurs de thèmes, dont le Réseau International des Organismes de Bassin (RIOB) au titre du thème T4.3 - "faciliter la coopération pour éviter les conflits et améliorer la gestion des eaux transfrontalières" et le Réseau International des Centres de Formation aux Métiers de l’Eau (RICFME) au titre du thème T4.5 - "Education et renforcement des compétences".
 
La déclaration ministérielle du Forum (*) souligne le besoin de promouvoir une bonne gouvernance à tous les niveaux, incluant celui des bassins, basée, entre autres, sur la planification, la participation du public et une solide gestion des infrastructures et des écosystèmes afin d’affronter effectivement les enjeux liés à la sécurité de l’eau.
 
Les Ministres ont reconnu le rôle majeur des pays riverains pour faire progresser la coopération sur les eaux transfrontalières et que celle-ci, fondée sur des solutions "gagnant-gagnant", peut contribuer au développement durable, à une sage gestion des eaux transfrontalières, à la paix et à la stabilité entre les nations.
 
Ils ont noté le rôle essentiel des Nations Unies pour promouvoir la coopération internationale sur l’eau au niveau mondial et que plusieurs des principes des Conventions Internationales sur l’eau pouvaient être utiles à cette fin.
 
Les Ministres ont insisté sur le fait qu’une gestion intégrée au niveau des bassins, appuyée par un aménagement approprié du territoire, est décisive pour assurer la pérennité des ressources en eau et leur planification.
 
Ils ont déclaré que la formation professionnelle sur l’eau doit être soutenue par des mécanismes financiers durables et par la création et le renforcement des centres nationaux et internationaux de formation sur l’eau. Ils ont encouragé les programmes de coopération multilatérale sur l’eau à intégrer ces idées et l’expérimentation, l’évaluation et l’échange de savoir-faire sur la formation professionnelle et l’enseignement supérieur, y compris en appuyant les réseaux de coopération entre les centres de formation existants et les centres universitaires et de nouveaux centres qui seront créés.
 
A côté des sessions officielles du Forum, plusieurs événements parallèles ont permis la présentation d’un large éventail d’expériences de terrain et des échanges directs entre responsables d’organismes de bassin, en particulier les deux sessions sur les exemples de coopérations fructueuses soutenues par les Agences Françaises de l’Eau, d’une part, en Asie de l’Est et du Sud-Est et, d’autre part, en Afrique, ainsi que deux sessions sur la gestion de bassin et la formation professionnelle organisées au Pavillon de la France, avec le soutien du Partenariat Français pour l’Eau.
 
Bien sûr, tous les problèmes ne vont pas être réglés comme par miracle, mais indiscutablement la gestion par bassin, la coopération transfrontalière et la formation professionnelle ont marqué des points durant le Forum Mondial de l’Eau en Corée !
 
L’ensemble des communications et des photos de ces événements, organisés durant le dernier Forum Mondial de l’Eau de Daegu et Gyeongju du 12 au 17 Avril 2015, peut être consulté et téléchargé sur les sites Internet du RIOB et du RICFME.
 
(*) la déclaration ministérielle ayant été rédigée en anglais, la traduction française, ci-dessus, n’est qu’indicative.