Accueil du siteNotre actualité et avancementDeux nouvelles publications pour une meilleure gestion des bassins
  • Augmenter police
  • Diminuer police
  • impression  Afficher une version imprimable de cet article
  • envoyer par mail
  • Enregistrer au format PDF

Deux nouvelles publications pour une meilleure gestion des bassins

Publié : Décembre 2015

 En 2015, le Réseau International des Organismes de Bassin (RIOB), la Commission Economique pour l’Europe des Nations Unies (CEE-ONU), le "Global Water Partnership" (GWP), l’Office National de l’Eau et des Milieux Aquatiques (ONEMA) et l’Office International de l’Eau (OIEau) ont publié conjointement deux ouvrages intitulés respectivement :
 
  • "l’eau et l’adaptation au changement climatique dans les bassins transfrontaliers : leçons à retenir et bonnes pratiques", dans la collection des Nations Unies (RIOB, CEE-ONU),
 
  • "la gestion et la restauration des écosystèmes aquatiques dans les bassins des fleuves et des lacs" (RIOB, GWP, ONEMA, OIEau), dans la collection des Manuels de Gestion de Bassin.
 
Ces deux publications, diffusées gratuitement et initialement éditées en anglais pour le Forum Mondial de l’eau de Corée, ont été traduites en français à l’occasion de la COP21 de Paris et ensuite seront traduites dans d’autres langues.
 
Ils font suite aux publications précédentes des différents partenaires impliqués, notamment "le Manuel de la gestion intégrée des ressources en eaux par bassin" (2009), "le Manuel de la gestion intégrée des ressources en eau dans les bassins des fleuves, des lacs et des aquifères transfrontaliers" (2012), "les lignes directrices sur l’eau et l’adaptation aux changements climatiques" (2009) ou "le bilan des expériences d’organismes de bassins transfrontaliers africains" (2014).
Accédez aux versions anglaises des ces documents sur Internet : basins-management-publications.org.
 
 

 

L’eau et l’adaptation au changement climatique dans les bassins transfrontaliers

 
Malgré les incertitudes locales quant à l’intensité et la variabilité du changement climatique, la fréquence des événements extrêmes qui en résultent et ses impacts sur les ressources en eau, il y a urgence d’engager tout de suite des mesures d’adaptation dans la gestion des bassins, notamment transfrontaliers. Ainsi, la préparation de Plans pluriannuels de Gestion des Bassins des fleuves, des rivières, des lacs et des aquifères, nationaux et transfrontaliers, devient une priorité et doivent intégrer ces mesures d’adaptation.
 
A l’échelle des bassins transfrontaliers, une forte coopération entre les pays riverains est nécessaire, exigeant une attention à tous les niveaux et dans tous les secteurs. Pour asseoir une stratégie d’adaptation sur des bases solides, la participation de tous acteurs concernés est indispensable, en dépassant les frontières physiques, politiques et institutionnelles multiples, et en s’ouvrant à tous les secteurs d’activités liés à l’eau.
 
Certains organismes de bassin à travers le monde ont d’ores et déjà engagé des actions liées à l’adaptation au changement climatique. Il est aujourd’hui crucial de pouvoir tirer profit de leur expérience pratique et de favoriser les échanges entre toutes les institutions concernées par le sujet de l’adaptation au changement climatique.
 
Pour faciliter ce processus d’échange, cette publication a mobilisé une soixantaine d’experts d’organisations internationales (OMM, GWP, AGWA, …) et d’organismes de bassins transfrontaliers et nationaux du monde entier.
 
Ce document identifie les expériences réalisées sur le terrain et vise à donner des conseils pratiques à travers 58 études de cas, et 63 "leçons à retenir", sur la façon de préparer et mettre en œuvre une stratégie d’adaptation au changement climatique solide, réaliste et opérationnelle à moyen et long terme dans les bassins.
 
 
 
 

La gestion et la restauration des écosystèmes aquatiques dans les bassins des fleuves et des lacs

 
Outre leur grande valeur patrimoniale pour les paysages et la biodiversité, les écosystèmes aquatiques rendent des services importants de régulation de la ressource en eau et des écoulements ou encore d’autoépuration des pollutions. Les zones humides améliorent la qualité de l’eau en piégeant les sédiments, en filtrant les polluants et en absorbant des nutriments. Elles jouent également un rôle clé dans l’écrêtement des crues et dans la prévention des sécheresses.
 
Cependant, les ressources en eau douce sont de plus en plus utilisées, gaspillées et polluées. Les activités humaines, quand elles ne détruisent pas purement et simplement ces milieux, perturbent souvent les biotopes, engendrent des pollutions et morcellent l’écoulement longitudinal de nombreux fleuves dans le monde.
 
Il est aujourd’hui reconnu que les milieux aquatiques jouent le rôle "d’infrastructures vertes" autant indispensables à la bonne gestion des ressources en eau que les infrastructures artificielles traditionnelles.
 
Des exemples de bonnes pratiques et d’aménagements naturels efficaces peuvent être identifiés dans de nombreux pays.
 
Aujourd’hui, des progrès importants sont plus que jamais nécessaires pour passer de la théorie à la pratique et prendre des mesures concrètes pour préserver et restaurer les écosystèmes aquatiques à partir notamment de ces exemples réussis venant du terrain et identifiés dans différents bassins nationaux ou transfrontaliers.
 
Ce manuel identifie 45 exemples de réalisations de terrain et vise à donner des conseils pratiques à travers 25 "leçons à retenir", sur la façon d’utiliser de façon réaliste, efficace et opérationnelle les "infrastructures vertes", restaurer, protéger et aménager les écosystèmes aquatiques, dans le cadre notamment des Plans de Gestion de Bassin et des mesures d’adaptation aux effets du changement climatique sur les ressources en eau.