Accueil du siteNotre actualité et avancementCambodge : Le Projet Pilote du Bassin du Stung Sen
  • Augmenter police
  • Diminuer police
  • impression  Afficher une version imprimable de cet article
  • envoyer par mail
  • Enregistrer au format PDF

Cambodge : Le Projet Pilote du Bassin du Stung Sen

Publié : Juin 2014

Ce projet, coordonné par l’OIEau et financé par les Agences de l’Eau Loire-Bretagne et Rhin-Meuse, vise à améliorer la gouvernance de l’eau par la promotion de la Gestion Intégrée des Ressources en Eau (GIRE) sur le Bassin du Stung Sen, principal affluent du Lac Tonle Sap. 
 
La première phase de mise en œuvre de deux ans a donné des résultats encourageants et a permis à l’Administration Cambodgienne, et notamment à l’Autorité du Tonle Sap (TSA) et au Ministère des Ressources en Eau et de la Météorologie (MOWRAM), de faire de grands progrès dans la mise en œuvre d’une gestion de bassin.
 
Bassin du Stung Sen
Le travail réalisé pendant ces deux premières années s’est en effet focalisé sur les étapes initiales du processus de planification (état des lieux, caractérisation du bassin, définition des enjeux et des objectifs pour le bassin) et sur les éléments nécessaires à la mise en place d’un processus participatif (étude du cadre pour la mise en place d’un Comité de Sous- Bassin pour le Stung Sen, premières réunions de ce Comité et formation de ses membres).
 
De nombreuses missions sur le terrain ont pu être réalisées pour pouvoir avancer sur l’étape de caractérisation du bassin, bien qu’un grand nombre de données, en particulier en ce qui concerne l’utilisation de la ressource en eau et sa qualité, soient inexistantes.
 
Fin 2014, le Comité de Sous-Bassin du Stung Sen s’est réuni pour la seconde fois, afin de valider l’étape de caractérisation du bassin pilote et le lancement d’une nouvelle phase du projet pour deux nouvelles années.
 
Le travail va se focaliser sur les étapes suivantes du processus de planification, et notamment sur l’établissement du Programme de Mesures et du Plan de Gestion pour le Bassin du Stung Sen, ainsi que l’estimation des coûts associés.
La première phase ayant permis de collecter un grand nombre de jeux de données et d’identifier les sources de données régulièrement mises à jour par les services partenaires, la TSA souhaite à présent développer ses capacités internes pour gérer et valoriser au mieux ces données, afin de produire les informations de synthèse nécessaires aux prises de décision et à l’information du public, dans le cadre d’un véritable Système d’Information sur l’Eau. Le MOWRAM a une politique d’investissement ambitieuse pour l’installation de nouvelles stations de mesures.
 
Une visite d’étude a également été organisée en France en septembre avec l’Agence de l’Eau Loire-Bretagne (AELB) pour trois cadres de la TSA, afin de présenter aux partenaires cam- bodgiens le fonctionnement des Agences de l’Eau et le rôle des usagers du bassin.