Accueil du siteAgenda international des évènementsJournée de l’OIEau : Sécurité physique des ouvrages d’eau : comment repousser (...)
  • Augmenter police
  • Diminuer police
  • impression  Afficher une version imprimable de cet article
  • envoyer par mail
  • Enregistrer au format PDF

Journée de l’OIEau : Sécurité physique des ouvrages d’eau : comment repousser les délais d’effraction ?

26 septembre 2017, Paris

Journée de l'OIEau : Sécurité physique des ouvrages d'eau : comment repousser les délais d'effraction ?
 Le maintien de la satisfaction des besoins prioritaires de la population lors de situations de crise est une obligation pour tous les exploitants des services publics d’eau potable. L’article R.1321-23 du Code de la Santé Publique impose d’ailleurs à la personne responsable de la production ou de la distribution de surveiller en permanence la qualité des eaux destinées à la consommation humaine et aux collectivités de plus de 10 000 habitants de réaliser "régulièrement une étude caractérisant la vulnérabilité de ses installations de production et de distribution d’eau vis-à-vis des actes de malveillance".
 
L’article L.1321-4 du Code de la Santé publique définit les obligations des opérateurs, producteurs et distributeurs d’eau, relatives à la qualité de l’eau, à l’information des populations et à la continuité du service. Le plan Vigipirate y ajoute d’autres obligations. Le plan Vigipirate 2014 pour les eaux de consommation humaine définit les stratégies et objectifs de sécurité à mettre en œuvre pour assurer la sécurité de la production et de la distribution d’eau potable.
 
Début 2015, les Agences Régionales de Santé ont diffusé aux maitres d’ouvrages et exploitants des services de distribution, les fiches mesures socles « réseaux d’eau » du Plan Vigipirate. Dans ce contexte, d’autres outils ont également été développés par les ARS. On peut notamment citer le rapport rédigé par l’ARS Basse Normandie, dans l’objectif de mettre à disposition des maitres d’ouvrage et exploitants, un document opérationnel d’aide au diagnostic de vulnérabilité des installations vis-à-vis des actes de malveillance. Il comporte des fiches de diagnostic technique qui leur permettent de traduire de façon opérationnelle les dispositions du Plan Vigipirate concernant la protection physique des installations. Face aux actes de malveillance, des solutions existent !
 
Cette "Journée de l’OIEau" permettra d’identifier les risques auxquels peuvent être confrontés les maîtres d’ouvrage et exploitants de services de distribution d’eau potable : bioterrorisme, cyberattaques, vandalisme, de découvrir des outils d’évaluation de la vulnérabilité des installations vis-à-vis d’actes de malveillance et de bénéficier de retours d’expériences.

Voir en ligne : http://www.oieau.org/cnfme/spip.php...

Zone géographique

Dans la même rubrique